Les meurtres de transgenres ont augmenté de 70% pendant la pandémie au Brésil



Pendant la pandémie, en particulier avec l'augmentation des règles d'isolement social, de nombreuses personnes pensaient que moins de personnes dans les rues, les bars, le travail, les boîtes de nuit, les barbecues, les plages et les centres commerciaux signifieraient une réduction drastique de la situation de violence au Brésil.


Les chiffres montrent cependant un autre scénario. Enfermée à la maison avec leurs partenaires violents, la pandémie a été un pandémonium pour des milliers de femmes. Auparavant, les enregistrements des incidents de violence à l'égard des femmes montraient que l'agression était plus courante en fin d'après-midi et en soirée, ou le week-end. Maintenant, avec tout le monde à la maison, il n'y a plus de temps pour arriver, car le grand ennemi de la femme est à l'intérieur de la maison, dans la figure du père, du beau-père, du frère, de l'oncle, etc. Selon le Forum brésilien de la sécurité publique (FBSP), les cas de fémicide ont augmenté de 22,2%, entre mars et avril, dans 12 États; notez que l'étude ne couvre que le début de la pandémie.


Le féminicide est un cas de mort, mais des agressions physiques et psychologiques se profilent également. Selon la loi Maria da penha, la violence domestique ou familiale est «toute action ou omission fondée sur le sexe qui cause la mort, des blessures, des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques et des dommages moraux ou matériels».


Rien qu'à São Paulo, selon le Centre de référence et d'aide aux victimes (Cravi), le nombre de visites aux victimes de violence a augmenté de 70% par rapport à l'année dernière.

Les abus contre les enfants étaient également plus évidents. De nombreux parents agressifs et violents battent leurs enfants le week-end, maintenant stressés par la quantité de tâches qu'un enfant exige quotidiennement, les tâches déléguées à l'école, à l'église, aux cours, etc., utilisent la pandémie comme excuse pour traiter les pousses avec violence.


La police n'a pas non plus commencé à tuer moins. Le Forum brésilien de la sécurité publique (FBSP) a enregistré une augmentation de 53% des cas d'abus impliquant la police civile et militaire pour le mois d'avril, par rapport à la période de 2019. La plupart des victimes sont des jeunes pauvres, bruns et noirs.





La violence contre les personnes transgenres a explosé. Il y a eu une augmentation de 70% des cas de violence contre les femmes transgenres et travesties par rapport à l'année dernière: il y a eu 129 meurtres jusqu'au 31 août de cette année. Les données proviennent de l'Association nationale des travestis et transsexuels (ANTRA).


Au Ceará, où le cas barbare et cruel du meurtre de la travestie Dandara dos Santos (42 ans) - un crime qui a choqué le monde - a eu lieu en 2017, il y a eu une vague de crimes contre les personnes transgenres cette année. Entre le 12 juillet et le 10 août, quatre femmes trans et travesties ont été assassinées à Fortaleza, selon le Ceará Security Observatory Network. Le 8 août, un travesti de 15 ans a été abattu dans le Grand Lisbonne. Cette violence sexiste qui méprise et déprécie les corps féminins doit être maîtrisée. C'est un type de violence sexiste qui se manifeste comme une pathologie sociale et une situation grave de violation des droits et de négligence par les pouvoirs publics, puisque c'est aussi la restriction du droit à la liberté et d'aller et venir.


Outre les violences physiques, les agressions au milieu de la rue, les personnes trans et travesties sont toujours victimes de harcèlement virtuel, de violence psychologique, de déni de droits, de refus d'accès au travail formel, entre autres.

La Cour suprême fédérale (STF) a classé la LGBTIphobie comme un crime, mais comme pour le racisme et le féminicide, la loi n'est pas suffisante pour contenir la brutalité de certaines personnes.


Il est clair qu'il est urgent de punir les agresseurs, mais il est recommandé d'éviter l'agression. Avec la pandémie, de nombreux travestis, ainsi que des prostituées, restent dans la rue, s'exposant au risque de contamination par le coronavirus, car exclus des mesures d'aide d'urgence. Cette exclusion, cette négligence, cette marginalisation des personnes trans est une incitation pour leurs agresseurs, car l'impression est qu'ils sont des citoyens de seconde zone, des non-personnes, impuissants par l'État, non protégés par les forces de sécurité, des cibles faciles et fragiles et que n'éveillez personne.


Toujours selon l'Association nationale des travestis et transsexuels (ANTRA), «la majorité des travestis et transsexuels n'ont pas pu accéder aux politiques d'urgence de l'État, en raison de la précarité de leur vie et ils n'ont pas d'autre choix que de continuer à travailler sur les rues, s'exposant au virus et par conséquent à la violence transphobe ».


Les personnes trans sont battues dans les stations de métro, sur les places, dans les bars, dans les rues. Ce n'est pas quelque chose qui se fait en cachette, pas toujours, car on pense qu'ils n'ont personne pour les protéger. Cependant, ils ont le même droit à la protection de l'Etat que tout autre citoyen, la Constitution ne les exclut pas.





Les données présentées par ANTRA montrent que «les 129 personnes trans assassinées en 2020 sont des travesties et / ou des femmes transsexuelles, maintenant la tendance déjà soulignée dans les Bulletins précédents, ainsi que la tendance à être majoritairement noire (noire / brune)».


Au cours des deux premiers mois (janvier / février) de cette année, l'association a enregistré 38 cas de meurtres, ce qui représente une augmentation de 100% par rapport aux deux mois précédents (novembre / décembre - 2019). Au cours des deux derniers mois (mars / avril), en pleine pandémie, le nombre de cas a augmenté de 68%, passant de 38 à 64 enregistrements.


L'ANTRA pense que les chiffres pourraient être encore plus élevés. «Les données ne reflètent pas exactement la réalité de la violence transphobe dans notre pays, car notre méthodologie de travail a des limites pour capturer uniquement ce qui est en quelque sorte visible. Il est probable que les nombres réels seront beaucoup plus élevés », affirme l'association.



recherche

https://revistaforum.com.br/lgbt/assassinatos-de-pessoas-trans-cresceram-70-durante-a-pandemia/#


5 vues0 commentaire